Zavapt

Le blog qui promet le meilleur du pire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

08juil. 2011

De toute manière ça ne peut pas être pire

Ca peut pas être pire

30juin 2011

Les Zavanouvelles du mois

Il faut bien reconnaître que le rythme des publications sur Zavapt ne force pas l'admiration. Ce n'est pourtant pas faute de lire et de débattre à propos d'à peu près tout. Du coup, pour faire vivre un peu ce blog va rassembler de temps en temps dans un billet les nouvelles et textes marquants qui ont agités les zavapteurs. C'est un moyen acceptable d'en partager le contenu.

Voici donc les zavanouvelles du mois de juin en provenance directe du mur de la page Zavapt publiée sur un site de socialisation bien connu.

Fushukima mon amour

C'est le désastre planétaire du moment dont la presse rechigne à parler : les tentatives de colmatage des ruines de la centrale nucléaire de Fukushima.

  • 20/06/11 - ‎Vers la 10eme minutes de cette vidéo, excédé par les questions du journaliste qui l'interroge sur la sûreté nucléaire en France, Éric Besson - ministre français de l'industrie et de l'énergie - abandonne un plateau de télévision. La séquence a été coupée au montage lors de la diffusion hier dimanche. Dur dur d'être ministre de la majorité.
  • 23/06/11 - De Tchernobyl les habitants étaient évacués à partir d'une dose de radiations mesurée à 5 millisieverts/année. A Fukushima city, une ville située à 60km de la centrale en perdition, la dose mesurée est de l'ordre de 81,37 microsieverts/heure. C'est tout de même 710 fois la norme. Et ... rien. les nippons continuent à y vaquer.
  • 23/06/11 - Sur cette vidéo, 6,46 µSv/h en banlieue de Tokyo près d'un parc pour enfants. 2000 mSv/an et 360 µSv/h au lycée de Watari à Fukushima-city. C'est 2000 fois le seuil limite en France (1 mSv/an) ; 400 fois plus que la zone d'évacuation de Tchernobyl (5 mSv/an). Présence de Cs134, Cs137, Co60 dans les sols. Les autorités n'évacuent toujours pas le nord ni les villes de Tokyo (13 millions hab) et Fukushima (295.000 hab)
  • 27/06/11 - Le PDG de TEPCO obtient un parachute doré de 7,46 millions de dollars - alors que TEPCO a reconnu en juin que dès le 11 mars ils savaient que les réacteurs étaient entrés en fusion totale. Une récompense à la hauteur du mensonge - curieuse leçon de morale. Pendant ce temps, les japonais continuent d'être irradiés dans des zones à la radioactivité bien plus élevée que les zones évacuées de Tchernobyl.

Zavapiqure de rappel

Zavabouger

  • A Bruxelles les manifestations informelle nommées masse critiques visent à promouvoir l'utilisation du vélo au quotidien. Des cyclistes roulent en groupe et sillonnent la ville durant deux heures chaque dernier vendredi du mois. Le thème de la masse de juin était consacré au soutient des jardin potagers collectifs de Ixelles.

Zavarire (jaune)

31janv. 2011

Wikileaks, épouvantail, censure, liberté, pédopornographie

« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Me revoici, chers amis, sur le blog Zavapt, à mêler les ingrédients les plus farfelus une nouvelle recette improbable. On remet le couvert pour faire suite à la recette Marronniers, grippe mexicaine, et complot qui date déjà de plus d'un an. Avec le recul, ce mélange de goûts contre nature a finalement donné un plat assez cohérent.

Cette année, un nouveau venu sur la toile a réussi un grand coup ; faire du bruit, du buzz, du ramdam. C’est Wikileaks. Wikileaks, à la fois bien et mal nommé, profitant de la popularité de Wikipédia sans pour autant être un vrai wiki collaboratif (on pourrait presque parler d'usurpation), et publiant des fuites déontologiques (selon les propres termes de Wikileaks) de complexités et d'intérêts variés. De l’information brute, sans tri ni interprétation.

Son apparition dans le groupe de discussion Zavapt remonte à mai dernier. La première fuite dévoilait les moyens de propagande nécessaires à l'appui des populations françaises et allemandes pour la guerre en Afghanistan. La seconde fuite dévoilait les méthodes proposées par les services secrets américains pour détruire Wikileaks.

Les premières tentatives de la presse d’analyser cette montagne d’informations publiées par lots étaient pour beaucoup prématurées. Pourtant, certains n’en démordent pas. Pour Pierre Caron de ZDnet, “les seuls vrais scoops publiés par Wikileaks ces derniers mois sont très favorables aux Etats-Unis” (12/12/2010). On évitera donc de remettre une couche de polémique sur ce que la presse à retenu “d’intéressant” parmi le brut-de-décoffrage fuité sur Wikileaks.

Après les fuites publiées au second semestre 2010, les plus polémiques les plus agressives ont été d'abord pour Wikileaks lui-même, puis pour son fondateur Julian Assange - bien plus que pour le contenu de ces fuites.

Discréditer Assange est la méthode la plus logique quand on maîtrise la dissonance cognitive dans les média : on appelle ce sophisme "argumentum ad hominem", ou plus précisément "tu quoque". C’est une attaque personnelle sur des faits que l'on reproche à une personne physique pour discréditer ses paroles et ses actes, afin de faire diversion et ne pas argumenter sur le fond. La nature des faits peut n'avoir aucun rapport avec l'argumentaire (c'est le cas ici).

Dans notre cas : - Wikileaks lance une alerte en rendant publique une information qui était jusqu'ici cachée aux citoyens - Assange, personnalité la mieux exposée de Wikileaks, est attaquable sur un plan personnel (et sexuel de surcroît), il est discrédité (peu importe que le motif soit vrai ou faux : il n'a aucun rapport avec l'alerte qui a été lancée) - Donc l'information provenant de Wikileaks n'est pas crédible. A ceux qui ne voient pas où se trouve la manipulation, je recommande le Petit cours d'autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon.

Assange est probablement le foutu mégalo prétentieux que l'on voit dans les média, avec sa tête de premier de la classe et ses improbables coupes de cheveux. Qu'importe. Bien d'autres personnages d'hier et d'aujourd'hui ont tapé du pied dans les fourmilières malgré un caractère odieux ou un problème de moeurs. Les journalistes d’investigations les plus hargneux en font partie, c’est même une des raisons de leur efficacité.

S'il est besoin de donner des coups à Wikileaks, la prochaine attaque sera logiquement d'accuser Assange ou un de ses collaborateurs de posséder de la pédopornographie sur son ordinateur (très facile à mettre en place), ou carrément le cran au dessus (je reviendrai plus bas sur l'épouvantail pédophile). C'est indéfendable, on est définitivement grillé. Souvenez-vous de célébrités donc la carrière - voire la vie - a été torpillée par des accusations pas toujours fondées.

Cette stratégie fonctionnait bien jusqu'ici dans les média classiques, elle pourrait néanmoins échouer sur Wikileaks depuis que les hackers se sont ralliés à la cause. Assange, issu de la culture hacker, l'a certainement compris. D'abord, il a compris que les informations qu'on veut nous cacher sont écrites, et disponibles sous forme de documents numériques. Ensuite, il a compris que l’on pouvait appliquer la logique du logiciel libre au service de à “l’information fuitée” - de la même façon qu’il y a dix ans Jimmy Wales l’avait appliquée à l’information encyclopédique. La capacité à contrôler l’information n’est plus détenue par une minorité. Une partie de l’information est désormais collectée, dérobée, surveillée, délivrée par des citoyens aux aguets. C’est aussi la vision que partage Jacques Attali dans Une brève histoire de l’avenir.

La première révélation de Wikileaks, c'est qu'à force de voir leurs dirigeants vouloir contrôler la presse, l'internet, et l’information en général ; à force de voir les libertés bafouées ; les citoyens n'ont plus confiance - ni dans les déclarations officielles, ni même dans les démentis.

Beaucoup de mensonges, petits et gros, ont été dévoilés ; des violations aux conventions internationales ; des dénis de la réalité ; des trafics d'influence ; des marchés illégaux ; des manoeuvres déloyales. Nous découvrons à quel point les gouvernements et les industriels partout dans le monde sont malhonnêtes, corrompus, fourbes. Et ils ne changeront pas - même menacés par Wikileaks.

"Mais moi j'vous l'dit en vous r'gardant droit dand les yeux, Arlette Chabot : j'ai-chan-gé !"
(air connu).

Il y a bien quelque chose qui a changé récemment, mais ça ne nous réjouit pas : la France entre dans la liste des pays qui censurent officiellement l'Internet. Comment ! vous n'étiez pas au courant ? C'est normal : cette fois la dissonance cognitive s'appelle "l'homme de paille", appelé aussi "épouvantail", la pédophilie est un must dans le genre.

On vous a raconté qu'il était plus que temps de moraliser l'internet (notez qu’on n’a jamais cherché à moraliser le téléphone) et que la France se devait de lutter contre la pédopornographie puisqu'elle s'y était engagé. Comme vous êtes sans conditions pour la protection de l'enfance, que vous voyez de plus en plus de drames de l’inceste et de "monstres sexuels" dans la presse, vous y avez cru. Vous y avez cru même si vous n’êtes jamais tombé sur un contenu pédopornographique sur la toile - pas même en le cherchant.

Normal : c’est du populisme astucieusement détourné pour justifier la censure. Vous vous êtes faits berner. Si vous ne voyez pas de pédopornographie sur le web que vous utilisez tous les jours, c’est simplement parce qu’il n’y en a pas. Beaucoup de parlementaires aussi s’y sont faits prendre : ils ne sont pas techniciens (c'est parfois un prétexte, c'est vrai), et le président du groupe UMP leur a demandé de voter oui. La loi LOPPSI2 n'a plus que le conseil constitutionnel à passer. C'est quasiment plié.

Nous allons donc avoir en France - pays des droits de l’homme - une liste noire et secrète de sites bloqués, sans aucun recours à un magistrat. La liste sera élaborée par l’OCLCTIC. Ses membres ont devoir d’obéissance comme n’importe quel officier de police. Souvenez-vous que les syndicats de police français ont protesté contre les quotas d’arrestations imposés par le gouvernement, mais que les policiers ont tout de même obéi.

L’ironie de cette loi, c’est que non seulement elle ne permettra jamais de lutter contre la pédopornographie ; mais surtout qu’elle va rapporter beaucoup d’argent à la cybermafia des distributeurs de contenus pédopornographiques. Les flux financiers provenant des amateurs de ces contenus serviront au passage à blanchir ceux de la mafia traditionnelle (mafia plutôt russe dans le porno).

Là, vous ouvrez grands les yeux en pensant “Mékéskidi ?” Ce sera - hélas - impossible à résumer en un paragraphe. Le mieux est encore de consacrer le temps nécessaire pour lire la traduction de ce document dévoilé par Wikileaks (tiens, comme on se retrouve). Il s’agit du témoignage d’un informaticien ayant travaillé dans le milieu de la pédopornographie sur internet. Lisez d’abord le document ; on se retrouve juste après :

http://fr.readwriteweb.com/wp-content/uploads/wikileaks-loppsi.pdf

… à présent que vous avez compris que cette histoire de lutte contre les pédophiles n’était qu’un gros pipeau, revenons à la censure de l’internet - désormais légale dans le pays qui se flattait d’avoir dicté au reste du monde sa déclaration universelle des droits de l’Homme.

Les français on montré du doigt des pays comme la Chine ou l’Australie - qui censurent déjà pour certains Wikipédia, et à plus forte raison Wikileaks. On a présenté ces pays comme totalitaires, muselant les citoyens, leur cachant la vérité. On a jeté au nez de ces états notre liberté d’expression et les belles phrases de Voltaire.

La France les a rejoint grâce à des méthodes de manipulation plus sournoises que le totalitarisme qu’elle se plaît tant à dénoncer - des méthodes pourtant tout à fait légales - en noyant la loi de censure de l’internet dans une loi sur la sécurité intérieure ; en faisant croire qu’on aurait ainsi les moyens de lutter contre la pédocriminalité. Et une fois de plus en nous prenant tous pour des crétins.

Nous sommes à un tournant de notre démocratie où le peuple prend conscience que, s’il ne peut plus participer à la vie politique, c’est parce que ses informations sont fausses. Il cherche à s’approprier les moyens techniques qui lui permettent de reprendre le contrôle.

Peut-être assistons nous en ce moment aux prémisses d’une guerre de pouvoir entre monsieur-tout-le-monde et ceux qui voudraient qu’il reste esclave ; au commencement d’un putsch de ceux qui maîtrisent les ordinateurs contre ceux qui maîtrisent l’information et la désinformation.

Depuis les débuts de Zavapt nous avons été plusieurs à penser que nos dirigeants sont tellement pris dans la spirale des influences, des élections et de la corruption, que toute décision à long terme pour éviter que ça pète ne relevait que de la sagesse - incompatible avec le reste - et qu’une crise majeure climatique, écologique, financière ou énergétique serait inévitable, sans savoir laquelle nous tomberait dessus en premier.

Pourtant il reste un espoir : celui d’une crise démocratique qui - par le biais des réseaux mondiaux - permettrait à l’intelligence collective de changer le cours de l’Histoire. Ce sursaut commence par la maîtrise de l’information par les citoyens eux-mêmes. Certains y verront le retour de l’anarchie, d’autres celui de la démocratie en son sens originel.

A lire sur la toile en complément :

03mar. 2010

La grande histoire des trucs

La référence n'est pas neuve, mais elle vaut le voyage et une piqure de rappel ne peut pas faire de mal. Et puis il en reste quand même qui n'ont pas tout suivi. Autant leur offrir une petite chance de combler quelques lacunes.

Les trucs et les bidons. Oui, tous ces bidules que l'on accumule et dont on se débarasse ensuite, ça vient bien de quelque part pour finir par s'entasser ailleur. Une machinerie bien orchestrée qui arrondi les fins de mois de quelques uns au détriment d'un petit bout de planète bleue et de ses habitants. Petit mode d'emploi pour tenter de ne plus consommer idiot.

Le site storyofstuff offre la visulisation de cet exposé dans une très belle présentation en flash. Et pour les alergiques, voici ci dessous la transcription en deux parties publiée sur dailymotion au format html5.


La vie d'un truc 1/2

La vie d'un truc 2/2

23déc. 2009

Si le climat avait été une banque, il aurait déjà été sauvé

Le passage de Hugo Chavez, le bouillant président Vénézuelien, à la tribune de la conférence de Copenhagen pour le climat n'est pas passée inaperçu. Surfant sur la vague anticapitaliste Chavez annonce quelques vérités qui étaient bonnes à dire. Certes comme avec d'autres orateurs, ses propos débordent du cadre de la conférence et il convient de faire le tri entre les vérités climatiques et la harangue politique. Mais quand il sort sa phrase clé

"Si le climat avait été une banque, il aurait déjà été sauvé"

Les applaudissement de la salle sont la pour confirmer qu'il touche une corde sensible. Et on aurait aimé être présent pour y ajouter les nôtres.



Bien sûr on peut ne pas être d'accord sur tout ce qu'il avance, mais difficile aussi d'y rester indifférent. Par chance, On trouve sur le site Dailymotion une vidéo de son intervention publiée en deux parties. C'est une VO sous-titrée en Français. La première partie est de loin la plus intéressante:

Le seconde, est moins déterminante regardant le climat mais mérite néanmoins les détour pour qui souhaite faire connaissance avec le prsonnage:

De son côté le site Contreinfo a le bon goût de publier une retranscription complète du discours de Hugo Chavez.

23déc. 2009

Les bons voeux de Zavapt

Terre nourricière

Terre nourricière

L'année 2009 a été plus moche que 2008. 2010 sera bien pire. Promesse de zavapteur. On vous la souhaite néanmoins riche en actions propres à enrichir la qualité de votre vie et à rendre le monde plus équitable, plus juste et plus soutenable pour tous. Ce n'est pas incompatible. En tous ca on y croit. Du moins on essaye...

11déc. 2009

L'empire de la honte

Empire de la honte (couverture)

C'est Thomas (celui de zavajardin) qui nous en avait parlé en premier à coup de sentences définitives et inquiétantes. Ce qui n'avait pas manqué de titiller ma curiosité de zavapétiste. C'est ainsi que je me suis procuré l'empire de la honte de Jean Ziegler paru il y a quelques années déjà puisque la première édition date de 2005.

En voici un petit extrait qui a le mérite de donner le ton:

Les maîtres de l'Empire de la honte organisent la rareté. Et celle-ci obéit à la logique de la maximalisation du profit. Le prix d'un bien dépend de sa rareté. Plus un bien est rare, plus son prix est élevé. L'abondance et la gratuite sont les cauchemars des cosmocrates qui consacrent des efforts surhumains à en counjurer la perspective. Seule la rareté garantit le profit. Organisons-la!

De ses nombreux voyages pour le compte de l'ONU dont il fut rapporteur à propos du droit à l'alimentation et des droits de l'homme, Jean Ziegler témoigne ce qu'il y a constaté. Surtout il en tire enseignement et tire un portrait au vitriol du fonctionnement d'une économie libérale de plus en plus mondialisée.

D'exemple en exemple, partant de situation plus dramatiques les unes que les autres, Ziegler décrit comment de plus en plus de populations sont plongées et maintenues dans un état de misère consternantes. Il démonte dans la foulée comment les colossaux empires économiques dont l'objectif est le profits agissent pour engendrer ces catastrophes humaines. Tous les continents sont visités, Tous les grands groupes agro-alimentaires, financiers, pharmaceutique sont visés, La corruption est institutionnalisée. Les états sont complices. Pour Ziegler, mondialisation rime avec re-féodalisation de l'humanité.

Il est Impossible après cette lecture de suivre les évènements qui bousculent le monde avec le même regard naïf qu'auparavant. Si un minimum de conscience critique suffit pour deviner que quelque chose foire quelque part, Ziegler en détricotte la mécanique, et pointe les responsabilités. A ne lire donc que si l'on accepte de perdre encore une part innocence et de partager la honte de contribuer à la marche de ce monde là.

Ailleurs on parle aussi

Et d'autres s'en inspirent

Le réalisateur Autrichien Erwin Wagenhofer s'est de l'Empire la honte pour produire le dopcumentaire We feed the world qui dénoncé les eccès des industriel de l'alimentation qui sont prets à tout pour remplir le contenu de nos assiettes.

Le site Dailymotion le publie en trois partie sous son titre francisé "Le marché de la faim":


Le marché de la faim part 1/3

Le marché de la faim part 2/3

Le marché de la faim part 3/3

Pas directement inspiré, mais surfant sur le même thème, le film "Bataille à Seatle" offre un accès aux clès du problème à partir d'une fiction basée sur les évènement, bien réels eux, qui ont aboutis à l'échec de la conférence de l'OMC de 1999 à Seatle. Le film ne creuse pas bien profond les problèmes et les enjeux, mais il a néanmoins l'immense mérite de montrer qu'il est probable que seule une mobilisation populaire est en mesure d'enrayer la machinerie de l'OMC.


Bataille à Seatle

20nov. 2009

Marronniers, grippe mexicaine, et complot

Vous devez vous dire en lisant le titre de ce billet: "pffffouh mais c'est quoi ce mélange ?". Comme on parle beaucoup de désinformation, d'esprit critique, de zététique, de propagande, de culture, et de scénarios catastrophes... et que tout celà définit plutôt bien zavapt... je pense taper dans le mille en faisant part de quelques réflexions suivies de lectures sur la toile que m'ont suscité mes doutes sur l'info que j'entends tous les matins à la radio (les flashes france info).

Commençons par un bout de vidéo qui nous montre que notre culture est pleine d'informations superflues et que l'on néglige des questions bien plus importantes :


Ca m'a fait penser aux montagnes qu'on nous fait de la grippe mexicaine. ...qu'il ne faut plus d'ailleurs appeler mexicaine ni même porcine.

C'est dommage, parce qu'en ignorant les vraies raisons de l'apparition du virus on se condamne à faire encore et toujours les mêmes erreurs - si l'on en croit cet excellent article qui nous explique pourquoi l'élevage intensif est le foyer privilégié des virus.

Revenons d'ailleurs sur cette grippe mexicaine qui a fait [8125 morts dans le monde à ce jour|http://flutracker.rhizalabs.com/|en] (mis à jour en temps réel). Ces 8125 pauvres gens qui provoquent tout ce battage médiatique me dérangent. non pas parce qu'ils sont morts, c'est bien triste, mais parce qu'on en perd le sens de la mesure.

1,5 à 2,7 millions de personnes meurent chaque année de la [malaria ou du paludisme|http://fr.wikipedia.org/wiki/Paludisme|fr], que l'on peut éviter avec des dispositifs contre les moustiques. 2 millions d'enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de diarrhée liée à l'eau souillée, 2 autres millions meurent de pneumonie. Un sérum de traitement (fiable) coûte 25 centimes d'euros par malade (source)

La rougeole tue encore aujourd'hui 197000 enfants par an, c'est un net progrès par rapport aux 750 000 d'il y a 8 ans, Mais c'est toujours beaucoup plus que la grippe mexicaine (source1 et source2)

Quant à la grippe saisonnière classique (que je chope en gros tous les deux ans, mais parfois tous les ans... bref), Elle tue entre 250000 et 500000 personnes par an (source). y'a beau chercher, c'est encore et toujours beaucoup plus que 8125.

Alors je me suis dit : "oui, mais on en est qu'au début". j'ai cherché la mortalité de la grippe aviaire h5n1 pour comparer, c'était le gros battage médiatique de 2004. On trouve par exemple dans les actualités de 2004 cette phrase attribuée à un responsable de l'OMS : "les évaluations les plus prudentes font état de 7 à 10 millions de morts, mais le maximum pourrait être de 50 millions ou même dans le pire des scénarios, 100 millions." on verra un peu plus bas qu'il s'est légèrement gouré (euphémisme). la banque mondiale avait alors demandé 1,5 milliards de $ pour lutter contre la grippe aviaire.

En réalité on n'a recensé entre 1998 et 2008 que 250 décès attribués à h5n1, soit 25 morts par an. (source1 et source2) qui recense 245 décès entre 2003 et 2008 soit 30 morts par an. quand je vous disais qu'il s'était légèrement gouré...

Je pressens un type de propagande de type "détournement d'attention" ou "écran de fumée", une variante de la méthode "du pain et des jeux" qu'on nous ressert régulièrement : jeux olympiques, mondial de football, l'été pourri, la grand vague de froid "qui arrive toujours plus tôt que prévu", les "astuces des français face à la vie chère", les dates et les effets des soldes, "les aoutiens qui chassent-croisent les juilletistes sur les routes", le baccalauréat, la rentrée des classes, la rentrée politique, la burqa en france, et autres sempiternels maronniers qui - étrangement - passionnent les foules.

il semble que par ces temps politiquement et financièrement compliqués, les marronniers ne suffisent plus. Et tant qu'à faire, autant que ça profite.

En cherchant à qui ce branle-bas profite, on pense évidemment à tamiflu, appartenant à gilead sciences dont le chairman et le plus gros actionnaire est l'homme d'affaires Donald Rumsfeld, ex-patron de la maison blanche et secrétaire de la défense sous w.bush.

George W. Bush a notamment fait attribuer en urgence en 2005 7.1 millions de $ au congrès pour acheter du tamiflu - source1 et source2

Alors je ne fais pas partie de ceux qui vous diront de ne pas vous vacciner, Ce n'est pas mon genre. Pourtant je me demande, Si complot médiatico-politico-financier il y a qui est impliqué dedans pour parvenir à nous faire bourrer le crâne à ce point dans les médias français. ça sous-entend trop de complicités et ça me fait un peu peur de l'imaginer... ça ferait trop "parano".

17nov. 2009

Commanding Heights: The Battle for the World Economy (part I)

Pour ce premier billet sur zavapt, nous allons rentrer directement dans le vif du sujet, à savoir: "Commanding Heights: The Battle for the World Economy". Au départ c'est un livre mais cela doit être assez imbuvable vu déjà comment est le DVD: http://en.wikipedia.org/wiki/Commanding_Heights:_The_Battle_for_the_World_Economy http://www.pbs.org/wgbh/commandingheights/lo/index.html

Mais pour qui s'y accroche un peu, c'est extraordinaire. L'histoire récente de l'économie occidentale (post WWI) est passée en revue et certaines figures politiques passées au crible.

En gros: deux courants économiques s'affrontent: celui de John Maynard Keynes (économie Keynésienne) qui préconise l'intervention de l'état afin de stabiliser les marchés. Ce courant a été principalement suivit après la seconde guerre mondiale afin justement d'éviter ce qui s'était passé entre deux guerre (hyperinflation allemande). On pourrait dire que le socialisme est la version douce, le communisme la version extrême.

L'autre courant de pensée économique, c'est l'école de Friedrich von Hayek qui proscrit toute intervention de l'état dans les marchés et est pour une autorégulation par offre/demande. Il est intéressant de constater que ces deux hommes ont vécu à la même époque, que l'un fut quasiment adulé (Keynes) et l'autre très critiqué (Hayek) jusqu'à ce que certains leaders politiques tentent l'aventure de l'autorégulation. Ce fut le cas de Margaret Thatcher qui a libéralisé le charbon en GB avec d'énormes grèves à la clef mais finalement un "succès économique" (présenté comme tel). Mais aussi une quasi faillite sociale pour le mineurs. Dans son interview lors du film il est assez choquant de voir son sinisme, même encore a l'heure actuelle. Mais dans le fond, on présente sa solution comme "sociale" à long terme (sic). L'autre leader c'est Roland Reagan, que je ne portais pas non plus dans mon cœur mais que je commence tout doucement à redécouvrir sous un nouveau jour.

Le premier DVD se termine sur une note disant que la fin du XX siècle a été l'ère Keynésienne (et que l'on en a vu les limites) mais que le XXI siècle serait une ère Hayekienne.

Je vous laisse digèrer l'information et vous donne rendez-cous pour le second volet: "Commanding Heights: The Battle for the World Economy II", ou "les mésaventures du communisme."

16fév. 2009

Vous êtes sur Zavapt

zava-ours2

zava-ours2